Document sans titre
Accueil Webmail Contact


Nombres de visite : Document sans titre Le site comptabilise 79 visite(s) aujourd'hui et 34480 au total! Suivez - nous
 
DOSSIERS

Un secteur maritime efficace, le soutien du gouvernement est la clé du succès de l'AfCFTA - Adalikwu, MOWCA SG

Le Secrétaire général de l'Organisation maritime de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (OMAOC), le Dr Paul Adalikwu, a déclaré que la croissance du commerce intra-africain dans le cadre de l'accord de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) dépend de la capacité des États africains à accroître la disponibilité , l'efficacité, la capacité et la sécurité de leurs systèmes de transport maritime.

Selon lui, l'industrie maritime du continent est largement sous-utilisée, et pour qu'elle réalise les aspirations de l'AfCFTA, les gouvernements des États membres doivent créer des environnements propices à la circulation des biens et des personnes grâce à des incitations fiscales et à des taux d'intérêt plus bas pour les armateurs africains. de navires.

Adalikwu, lors de sa présentation sur "Le transport et la logistique pour débloquer le marché africain unique" au Forum des affaires de l'AfCFTA au Cap, en Afrique du Sud, du 16 au 19 avril 2023, a expliqué que ces approches ouvriront l'espace au commerce continental africain. à prospérer.

Ses mots : "Pour diverses raisons telles que le volume, la sûreté, la sécurité, la rentabilité, etc., le transport maritime a été jugé le moyen le plus efficace et le plus efficient de transporter des articles d'importation et d'exportation dans le monde entier, ce qui explique la croissance du PIB des nations. On estime qu'en 2022, l'Afrique a une population d'un peu plus de 1,4 milliard d'habitants. Le Continent est doté de ressources naturelles telles que la terre, les domaines maritimes et ses vastes ressources, d'énormes ressources agricoles et minérales inexploitées suffisantes pour soutenir sa propre économie.

« Pas étonnant que la Banque mondiale estime que l'AfCFTA pourrait augmenter les revenus du continent jusqu'à 450 milliards de dollars et sortir près de 30 millions de personnes de l'extrême pauvreté et favoriser le développement durable. La Commission économique pour l'Afrique (CEA) estime également qu'avec la mise en œuvre de l'AfCFTA, 132 millions de tonnes de marchandises seront transportées d'ici 2030. L'AfCFTA nécessiterait environ 126 navires pour le fret en vrac et 15 navires pour le fret conteneurisé.

"Il faudra également relever la myriade de défis dans le secteur maritime, allant du financement, des taux de fret élevés, des délais d'exécution médiocres dans le dédouanement des marchandises, des capacités de stockage inadéquates, une faible propriété de la flotte, des barrières tarifaires et non tarifaires, du banditisme, de la sécurité, l'insécurité, l'absence de construction navale et de recyclage des navires, le renforcement des capacités humaines telles que la formation et l'emploi des cadets, la faiblesse des cadres juridiques dans les domaines de la surveillance et du contrôle de la pêche illégale, le développement des infrastructures portuaires afin de construire des écosystèmes maritimes solides et dynamiques, entre autres.

Il a poursuivi : « Pour un continent doté d'environ 48 000 kilomètres de côtes, partagées entre 38 États côtiers, y compris des routes critiques comme le canal de Suez et le golfe de Guinée (GoG) qui transporte un pourcentage raisonnable du commerce mondial, et pour une industrie maritime qui est largement sous-utilisé pour être à la hauteur des aspirations de l'AfCFTA, les gouvernements des États membres qui ont signé l'accord doivent créer un environnement sincèrement propice à la simplification de la circulation côtière, intra et interafricaine des biens et des personnes grâce à des incitations au remboursement des taxes et des taux d'intérêt plus bas pour les armateurs africains pour l'acquisition de navires.

«Le gouvernement nigérian a promulgué en 2003 la loi sur le cabotage pour restreindre l'utilisation de navires étrangers dans le commerce côtier intérieur, promouvoir le développement du tonnage indigène et créer un Fonds de financement des navires de cabotage (CVFF) conçu pour permettre aux Nigérians d'acquérir du tonnage indigène. Ce fonds n'a pas encore été affecté au financement des navires. C'est le type d'interventions nécessaires de la part des gouvernements des États membres pour que le secteur privé joue un rôle actif dans l'acquisition de navires, ce qui renforcera la participation souhaitée.

"Cela signifie de manière imminente qu'une majorité des navires naviguant dans les eaux nigérianes appartiennent à des étrangers mais bénéficient de dérogations au cabotage. Ce n'est certainement pas sain pour les aspirations de l'AfCFTA car cela prive même les États des avantages économiques qui découlent de la propriété des navires ».

Adalikwu a souligné que la principale raison de la création de la Banque régionale de développement maritime (RMDB) par l'OMAOC est de fournir la base financière nécessaire, et a appelé à son lancement urgent, car il s'inscrit dans les objectifs de l'AfCFTA.

Il a salué les stratégies de développement des infrastructures portuaires de la Banque africaine de développement (BAD) et a chargé la Banque africaine d'import-export (AFREXIMBANK) de prendre des initiatives fortes dans le développement du secteur maritime.

Le SG de l'OMAOC a noté en outre que l'opportunité créée par l'AfCFTA ne profitera pas à l'Afrique si une attention suffisante n'est pas accordée à la conception de réglementations qui attireront le tonnage indigène.

"Alors que les dispositions de l'AfCFTA semblent avoir donné la préférence au pavillon comme solution au transport des marchandises générées par l'AfCFTA, ce choix pourrait ne pas produire le secteur maritime dynamique souhaité par la communauté maritime africaine, d'où la nécessité d'encourager la propriété de navires africains autochtones.

« Cela ne fait que renforcer la pratique courante de l'immatriculation des navires déjà contenue dans la plupart des législations, qui a jusqu'à présent profité à quelques pays comme le Libéria et a laissé la majorité dans le besoin. Ils accordent rarement une attention suffisante aux autres opportunités qui sont essentielles à un système de transport maritime durable et résilient.

"Parallèlement à l'augmentation du fret, l'industrie maritime en Afrique connaîtra un développement important des activités liées à la mer", a-t-il déclaré.

Adalikwu a dressé la liste des services professionnels maritimes qui seront touchés par l'AfCFTA, notamment : la construction navale, la navigation, le courtage de navires/cargos, le recyclage des navires, les services financiers, le conseil maritime - organisations reconnues, les inspecteurs, l'assurance maritime et le service juridique maritime.

Il a expliqué qu'avec l'avènement de l'AfCFTA, l'Afrique pourrait être à l'aube d'une période de changement économique rapide, mais a souligné un certain nombre d'actions qui doivent être prises pour que l'industrie maritime africaine en profite.

Ce sont : la révision du régime de taxation au tonnage pour rester fiscalement attractif pour la communauté maritime et maritime mondiale ; partenariat entre le gouvernement et l'industrie pour s'assurer que les pays africains peuvent être proactifs dans leur réponse au changement, aux opportunités et aux défis, et la modernisation des infrastructures maritimes pour faciliter les flux commerciaux.

Il a ajouté que l'impact des navires autonomes pourrait à long terme réduire davantage le personnel navigant, entraînant des changements dans les compétences souhaitées des professionnels de l'industrie, notant que les institutions maritimes devraient être prêtes à ce changement.

Tout en appelant le secrétariat de l'AfCFTA à diriger la charge de la propriété des navires autochtones, le scribe de l'OMAOC a déclaré que le lieu de sûreté et de sécurité des marchandises commerciales provenant de telles criminalités maritimes comme le vol à main armée en mer, la piraterie, l'enlèvement, la pêche illégale non déclarée et non réglementée (INN ) entre autres ne doit pas être remise en cause.

« Heureusement, certains États membres de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest et du Centre ont promulgué des lois habilitantes pour poursuivre les criminels maritimes. L'OMAOC propose une conférence sur l'harmonisation des législations de ces pays à savoir le Nigeria, le Togo et le Cameroun de manière à ce qu'elle devienne opérationnelle dans tous les Etats membres.

"Enfin, je conclurai en préconisant que si cet accord commercial tend vers la pleine participation de l'Afrique au cercle du commerce continental, qui prospère fortement et commodément sur le transport maritime pour répondre aux besoins des États côtiers et enclavés, ce sera le temps d'appeler l'AfCFTA à mener une voix sur la revendication de la propriété des navires autochtones ».

 

  Document sans titre
SECRETAIRE GENERAL
BUREAU DES MINISTRES DE L'OMAOC
» Président :
République DU CONGO
» 1er vice Présisdent :
République DE LA GAMBIE
» 2ème Vice Président :
République dU SENEGAL
» Rapporteur :
République TCHAD
» Pays du Siège :
République de Côte d'ivoire
» Président de la Commission 1 :
République GABON
» Président de la Commission 2 :
République du Cameroun
» Président de la Commission 3 :
Burkina Faso
Dr. PAUL ADALIKWU  
PRESENTATION
» Historique
» Statut Juridique
» Organigramme
» Les organes spécialisés
» Projets et programmes
» Politiques et perspectives
» Formation
» CoopEration internationale
   
ACTIVITES
» Reunions ET CONFERENCES
» Programme dES activiteS
» Projets
 
  FLASH INFO
Document sans nom
 
Changements survenus au niveau des MinistEres des Transports
de l'espace OMAOC
MINISTRE DES TRANSPORTS DIRECTEUR DES ADMINISTRATIONS MARITIMES

HON. CELESTIN SEREY DOH
(REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE)

COLONEL YAO KOUASSI JULEIN
(REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE)

HON. RICARDO VIEGAS DE ABREU
(REPUBLIQUE D'ANGOLA )

DR. ARMANDO LOPES
(REPUBLIQUE D'ANGOLA )

HON. JOSEDIDIER TONATO
(REPUBLIQUE DU BENIN)
MR DESIRE KOUTON
(REPUBLIQUE DU BENIN)

HON. ANÛUYIRTOLE SOMDA
(BURKINA FASO)

 

HON. JEAN ERNEST NGALLE BIBEHE MASSENA
(REPUBLIQUE DU CAMEROUN)
DR EBOUPEKE LOUIS
(REPUBLIQUE DU CAMEROUN)
HON. ABRAÃO VICENTE
(REPUBLIQUE DU CAP VERT)
MR CARLOS ALBERTO VIEGAS FILIPE
(REPUBLIQUE DU CAP VERT)
HON. HERBERT GOTRAN DJONO -AHABA
(REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE)
 
MR HONORE SAYI
(REPUBLIQUE DU CONGO)
MR. CHRISTIAN ARMEL NKOU
(REPUBLIQUE DU CONGO)
HON. MARC EKILA LIKOMBIO
(REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO)
MR JEANNE TUNDA KASONGO
(REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO)
COLONEL DIEUDONNE LOÏC MOUDOUMA NDINGA
(REPUBLIQUE DU GABON)
MR. FIDELE ANGOUE MBA
(REPUBLIQUE DU GABON)
HON. EBRIMA SILLAH
(REPUBLIQUE DE GAMBIE)
MR KARAMOKO BAKARY JANNEY
(REPUBLIQUE DE GAMBIE)
HON. KWAKU OFORI ASIAMAH
(REPUBLIQUE DU GHANA)
MR THOMAS KOFI ALONSI
(REPUBLIQUE DU GHANA)
HON. OUSMANE GAOUAL DIALLO
(REPUBLIQUE DE GUINEE)
MR MAMOUDOU DIALLO
(REPUBLIQUE DE GUINEE)
HON. JOSE CARLOS ESTEVES
(REPUBLIQUE GUINEE-BISSAU)
MR.
(REPUBLIQUE GUINEE-BISSAU)
HON. HONORATOBEVITA OMA
(REPUBLIQUE DE GUINEE EQUATORIALE)
MR. ALEJO SIMA OLOMO EYA
(REPUBLIQUE DE GUINEE EQUATORIALE)
HON. SIRLEAF TYLER
(REPUBLIQUE DU LIBERIA)
MR. PAUL MASSAQUOI
(REPUBLIQUE DU LIBERIA)
HON. DEMBELE MADINA SISSOKO,
(REPUBLIQUE DU MALI)
 
HON. MOCTAR AL HOUSSEYNOU LAM
(REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE)
MR. MOHAMED ELMOCTAR TOLBA
(REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE)
COLONEL SALISSOU MAHAMAN
(REPUBLIQUE DU NIGER)
 
HON. ADEGBOYEGA OYETOLA
(REPUBLIQUE FEDERALE DU NIGERIA)
DR. DAYO MOBEREOLO
(REPUBLIQUE FEDERALE DU NIGERIA)
HON. JOSE CARVALHO DE RIO
(REPUBLIQUE DE SAO TOME ET PRINCIPE)
MR JORGE PIMENTA MAURICIO
(REPUBLIQUE DE SAO TOME ET PRINCIPE)
MME. FATOU DIOUF
(REPUBLIQUE DU SENEGAL)
Mr MASSAMBA ACHILLE EDOUARD GUEYE
(REPUBLIQUE DU SENEGAL)
COL. AMBASSADOR ALHAJI FANDAY TURAY
(REPUBLIQUE DE SIERRA LEONE)
MME. MARIANNA FOURNARI
(REPUBLIQUE DE SIERRA LEONE)
MME FATIMA GOUKOUNI WEDDEYE
(REPUBLIQUE DU TCHAD)
 
HON. KOKOU EDEM TENGUE
(REPUBLIQUE DU TOGO)
MR HUBERT BAKAI
(REPUBLIQUE DU TOGO)
   
LES SECRETAIRES GENERAUX DEPUIS 1975
PUBLICATION
 
MEDIATHEQUE
WEB TV IMAGES DOCUMENTS AFRIQUE MARITIME
 
Document sans titre
  PARTENAIRES
OMAOC - ABIDJAN -COTE D'IVOIRE - BP: V 257- Tél .: +225 27 22 40 61 00 Fax : +225 22 41 21 54 - www.omaoc.org - infos@omaoc.org